Accueil

Biface 14   120x85cm

Biface 14 120x85cm

« La sculpture est un chemin .»
C’est avant tout l’ histoire d’amour pour le moulage qui relate le mieux le travail de Mathias Souverbie. C’est en tant que mouleur qu’il a profondément observé et analysé de nombreuses œuvres. Là il a affûté un certain regard et une approche singulière de la forme.
Souverbie a commencé par un travail souvent cinétique dans des combinaisons de matériaux variés; plâtre, bronze, inox et ciment. Notons que les premières œuvres étaient mobiles, élancées et aériennes.
Puis ce faisant il a développé par dérive des processus de fonderie et d’empreintes, un procédé singulier pour façonner le béton. Ce fut une rencontre.
On perçoit toujours dans son travail l’approche du mouleur d’art, une vision du vide, et une technicité pointue dans les compositions morcelées et mécaniques de ses œuvres. Elles pourraient sous nos yeux se fragmenter et se recombiner en se jouant de l’esprit statuaire commun.
Chaque sculpture est en fait constituée de morceaux ou chapes analogues aux pièces d’un puzzle qui s’emboîtent à la perfection. C’est en somme un pied toujours dans l’univers cinétique. C’est aussi une touche pratique et logistique…
Le béton, c’est un poème. C’est aussi un dialogue entre l’homme et la matière. Il incarne le minérale, le métallique ainsi que l’organique ou encore le végétale…
Mathias Souverbie modèle et sculpte dans un combat intime entre l’exigence et la lumière. Forces omniprésentes sur lignes et volumes. C’est aussi l’amour du ciment, du sable et l’art de vivre nécessaire à l’élaboration d’une œuvre qui le caractérise.
Sa démarche artistique est aussi la façon d’opposer le lourd et le mouvement, de transformer un matériau vil en quelque chose de noble et pérenne et de faire du monumental avec sable et langue de chat…

Mathias Souverbie né en 1982 en région Parisienne est issue d’une famille de plasticiens et peintres. Il a exploré le monde de la publicité en sortant d’une école de communication visuelle à Lyon (Martinière terreaux). Attiré par le monde du cinéma il fera ses premières armes pour des décors puis le hasard le mènera sur les sentiers du moulage d’art.( Atelier – Revol, fonderie Barthelemy en Drome).
C’est ainsi que petit à petit est né son chemin de la création.